La cité radieuse de Briey

Nous avons profité d’un week-end à Metz pour faire un détour à Briey, petite commune de Lorraine, où est construite, à l’écart de la ville en pleine forêt l’une des 5 unités d’habitation de Le Corbusier. En préparation de cette visite, nous avons pris rendez-vous avec l’association « La première rue » pour visiter l’unité, l’appartement témoin et la galerie d’expositions temporaire, constituée de 2 appartements réunis.


L’association La Première Rue est née en 1989 par la volonté d’une trentaine d’architectes et d’artistes. Son objectif est de protéger et de valoriser cette oeuvre du patrimoine architectural moderne inaugurée en 1961: l’Unité d’habitation de Briey-en-Forêt.
Briey est dans l’ordre chronologique la 4 eme unité d’habitation, après Marseille (1952), Nantes-Rezé (1955), Berlin (1957), et avant Firminy (1965). Elle a fété ses 50 ans en 2010, mais son histoire est tumultueuse.

A l’origine, 339 appartements ont été aménagés. Mais dès 1966, le départ des familles américaines (suite au retrait de l’OTAN) conjugué à celui des travailleurs (suite à la crise sidérurgique) a amorcé le déclin de l’édifice.

En 1979, 47 % de l’immeuble sont inoccupés. La décision de fermeture est prise en 1983, et le bâtiment est muré un an plus tard.

Après son élection en 1984, le nouveau maire refuse la démolition a un moment envisagée. En 1987, le bâtiment est racheté au franc symbolique par l’hôpital Maillot qui souhaite y installer l’école d’infirmières (1/3 de la superficie). Le reste est vendu à un promoteur immobilier qui engage par la suite des travaux de réhabilitation, sans respecter dans certaines rues l’aspect d’origine.

La Cité Radieuse de Briey est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. La Première rue, la seule a avoir conservé son aménagement d’origine, constitue aujourd’hui un patrimoine protégé.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *