Dubrovnic

Notre séjour en Croatie se termine par Dubrovnik. A proximité de la frontière avec la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro, la ville-forte de Dubrovnik (Ragusa en italien et en latin) est un des hauts lieux touristiques de Croatie. Cette ville portuaire porte de nombreux témoignages de sa très riche histoire, au travers de ses monuments et de ses rues pavées.

La principale d’entre elles, la Placa (ou stradun), est une large avenue dallée tracée au milieu de la ville, sur l’ancien marécage qui la séparait du continent. Lorsque la ville s’agrandit au cours du Moyen âge, elle assécha ce marais et en fit une artère.
Au Moyen âge, à l’instar de Venise dont elle devint concurrente (République de Raguse), Dubrovnik sut tirer partie de sa position côtière pour développer un commerce maritime lucratif.

Elle était gouvernée par un recteur, élu chaque mois. Celui-ci était logé au palais du recteur, où il ne recevait ni amis, ni famille, se consacrant entièrement à sa tâche.

L’importance de son trafic la conduisit à établir la première quarantaine en 1377 pour se protéger de la peste noire.

La puissance commerciale qu’elle acquit ainsi fut la source de la puissance politique qu’elle a su sauvegarder jusqu’à l’annexion par Napoléon Bonaparte (incorporation dans les provinces illyriennes dirigées par Marmont puis Fouché).

You may also like...

Laisser un commentaire