Casa Milà (La Perdrera)

Immeuble construit par Gaudi entre 1906 et 1910 pour la famille Mila. La façade constitue une impressionnante masse ondulante de pierre qui représente la mer.
Les ouvertures semblent creusées dans cette masse et sont ornées d’un magnifique travail de ferronnerie avec des formes végétales pour les balcons et des grilles étonnantes pour les entrées de l’immeuble.


La Casa Milà (« Maison Milà » en catalan) est l’une des nombreuses réalisations de l’architecte Antoni Gaudí à Barcelone. Elle est située au 92, Passeig de Gràcia (« avenue de Gràcia »), au cœur de la principale extension urbaine de Barcelone, le quartier de l’Eixample.

Cet immeuble de rapport a été construit pour Roser Segimon de Milà épouse de Pere Milà entre 1905 et 1907. Il est également appelé par les barcelonais la Pedrera, ce qui signifie la carrière en catalan, en raison de l’apparence qu’offre la façade ondulée du bâtiment. Ce qualificatif était initialement péjoratif et il visait à en souligner l’aspect organique, voire l’absence de ce qui était alors considéré comme un véritable projet architectural. On remarque en effet que le bâtiment ne comporte pas de vraie ligne droite, et la façade est conçue de telle manière qu’on ne peut pas tracer de verticale du toit au sol.

La masse ondulante de la façade de pierre évoque la mer. Les ouvertures semblent creusées dans cette masse et sont ornées d’un magnifique travail de ferronnerie avec des formes végétales pour les balcons et des grilles étonnantes pour les entrées de l’immeuble.

Très peu appréciée des promoteurs, qui la qualifieront d’« horrible », ils refusent de payer l’intégralité du salaire de Gaudí.

La Casa Milà est aujourd’hui un des monuments les plus visités de Barcelone.

La visite vaut vraiment le coup. On pénètre dans l’immeuble par l’entrée située « Carrer de Provença », puis après avoir traversé l’une des deux cours intérieures, on emprunte l’ascenseur pour accéder au grenier, un étage mansardé en brique aux arcs paraboliques étonnant de pureté. Ensuite on accède par un escalier au toit-terrasse qui n’est absolument pas plat (de très nombreuses marches ponctuent les dénivelés) ou les cheminées ont des allures de chevaliers masqués et les sorties d’escalier sont de surprenantes sculptures hélicoïdales revêtues de collage céramique. Au loin on peut admirer la Sagrada Familia. On redescend ensuite au dernier étage habité ou l’on peut traverser deux appartements qui ont été restaurés et meublés, restituant dans les moindres détails un intérieur du début du siècle. Les appartements spacieux sont disposés le long de la façade et autour de deux patios circulaires.
Les éléments marins se retrouvent dans la décoration intérieure : plafonds mouvementés, portes ondulantes et colonnes en pierre sculptée.

Après plusieurs décennies d’incompréhension sur ce bâtiment, la Casa Mila est inscrite depuis 1984 au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *