Abou Simbel

Dès l’accostage à Assouan, la première journée est consacrée à l’excursion à Abou Simbel, proposé en option dans la plupart des circuits de tours-opérateurs, mais pourtant complètement incontournable.
Abou Simbel est situĂ© Ă  290km au sud d’Assouan et Ă  seulement 80km au nord de la frontière avec le Soudan. Jusqu’Ă  rĂ©cemment les seuls moyens pour se rendre Ă  Abou Simbel Ă©taient l’avion depuis Assouan ou les croisières sur le lac Nasser. Mais la route Assouan-Abou Simbel a Ă©tĂ© rĂ©-ouverte aux touristes et il est dĂ©sormais possible de s’y rendre en car ou en mini-bus. Le convoi escortĂ© par les militaires part très tĂ´t, vers 4h du matin, ce qui permet de visiter le site au lever du soleil.

Le chef d’Ĺ“uvre nubien de Ramsès II, situĂ© Ă  l’origine sur les collines sacrĂ©es de MĂ©ha et d’Ibshek, a Ă©tĂ© dĂ©montĂ© entièrement en 1042 blocs et reconstruit plus haut au bord du lac sur une colline artificielle creuse Ă  structure bĂ©ton, Ă  l’abri de la montĂ©e des eaux.

Abou Simbel est constitué de 2 temples : le grand temple et le temple d’Ahthor.

Abou Simbel doit sa renommĂ©e Ă  son sauvetage par l’UNESCO : Dans les annĂ©es 1960, alors que le prĂ©sident Ă©gyptien Nasser fait construire le Haut barrage d’Assouan sur le Nil pour produire de l’Ă©lectricitĂ© pour le pays, l’UNESCO entreprend de sauver de l’inondation ces deux monuments majeurs du patrimoine mondial situĂ©s au sud du lac.

Le grand temple est dédié à Ramsès II et aux trois grands dieux égyptiens Amon, Rê et Ptah. Le temple rupestre est profond de 65m et gardé par 4 colosses hauts de 20m représentant Ramses II assis. Le colosse de gauche qui représente Ramses II jeune est le mieux conservé. Le deuxième aurait été cassé peut après la construction. Celui de droite le représente âgé. Au pieds du roi-dieu, des représentations de sa mère et de son épouse favorite Nefertari.

Il est malheureusement interdit de faire des photos à l’intérieur. Les parois des différentes salles présentent de nombreuses scènes. Au fond du sanctuaire se trouvent les statues de Ptah, Rê-Horakhty, Ramsès et Amon-Rê. Le temple est orienté de façon à ce que deux fois par an (le 21 février, anniversaire de Ramses et le 21 octobre, anniversaire de son couronnement), trois de ces représentations divines reçoivent les rayons solaires régénérateurs. Seul Ptah, le dieu des ténèbres n’est jamais éclairé. (Une autre explication serait que les ingénieurs se seraient trompé en remontant le temple).

Le temple d’Hathor est dédié à Nefertari. Elle est figurée sur la façade du temple sous la forme de deux colosses encadrés par son époux répété, lui, quatre fois. A l’intérieur, le temple a conservé de très belles couleurs.

La visite d’Abou Simbel est somme toute assez rapide. Nous reprenons le car en milieu de matinée et il ne nous reste plus qu’a essayer de terminer la nuit ou a regarder le paysage monotone du désert Lybique, ponctué de mirages, que la route traverse.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *