Presqu’ile de Crozon

Nous commençons maintenant notre route vers Vannes par la côte. Nous faisons le tour de la rade de Brest pour visiter la presqu’ile de Crozon. En forme de croix, elle  est entourée par la mer sur trois côtés: au nord par la rade de Brest, à l’ouest par la mer d’Iroise et au sud par la baie de Douarnenez ou nous dormirons ce soir.

Avant d’y entrer, nous avons visité Pleyben (dont les photos sont présentées dans l’article Enclos Paroissiaux). Dans la presqu’île, nous avons été séduits par la richesse des paysages; entre autres sites naturels remarquables nous nous sommes attardés à Camaret, la pointe de Pen-Hir et la pointe des Espagnols, pour finir par Tréfuntec.


La pointe des Espagnols constitue l’extrémité nord-est de la presqu’île de Roscanvel, excroissance de la presqu’île de Crozon fermant la rade de Brest. Comme en attestent un riche patrimoine architectural et une forte implantation militaire, la presqu’île a eu une grande importance stratégique. Constituée d’une falaise de plus de 60 mètres de hauteur, au sommet et en bas de laquelle subsistent les vestiges de fortifications militaires et de bâtiments d’hébergement de troupes, la pointe se prolonge vers le nord-est par le rocher de la Cormorandière, marqué d’une perche. Cette position, face à Brest fut déjà remarquée du temps des ducs de Bretagne, qui y implantèrent un fortin dès 1387 (aujourd’hui disparu). En 1594, les Espagnols y débarquèrent et n’en furent délogés qu’après d’âpres combats. C’est de cette période que la pointe tira son nom.

Camaret sur Mer (Kamered)
Ce port de pêche n’est pas célèbre que pour ses filles et son curé ;-). Il est connu pour sa lumière estivale fascinante, insaisissable avant la tombée de la nuit, et que peintres et poètes surveillent. Pour nous, ce fut sous la pluie!

Le port courbe doit son existence à sant Riok (saint Rémy), qui installa son ermitage dans une grotte du Toulinguet, au IVe siècle. Par sa situation géographique,dès 1335, Camaret devint une escale appréciée avant le franchissement du goulet de Brest. Dans le sens nord-sud, il permettait de faire une halte avant d’être re-chahutés par les courants dans le chenal du Four et le raz de Sein.
A l’horizon, le regard est attiré par la Tour Vauban qui fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1907.

La pointe de Pen-Hir

De là, le regard embrasse toute la mer d’Iroise de la Pointe du Raz à la Pointe Saint Mathieu. Le panorama est superbe et s’il avait fait beau, on aurait pu distinguer les îles : Sein, Ouessant, Molène. On peut imaginer, le soir,que le spectacle se poursuit par le ballet des pinceaux lumineux des phares qui jalonnent la côte.

Une immense Croix de Lorraine en granit , œuvre de l’architecte Mathon et du sculpteur Bazin, est dédiée aux bretons de la France Libre. Elle rappelle que après l’appel du 18 juin 1940, des bretons s’évadèrent de France par milliers pour rallier les unités combattantes à l’étranger et aux colonies et participer à la libération de leur pays. Elle a été inauguré par le Général De Gaulle le 15 juillet 1951.
La pointe est prolongée en mer par les “Tas de Pois”.

Nous continuons notre route vers Douarnenez en faisant un arrêt à la pointe de Tréfuntec.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *