Saïgon

Après un court vol intérieur, nous atterissons à l’aéroport d’Hô-Chi-Minh-Ville (en vietnamien Thành Phố Hồ Chí Minh), anciennement Saïgon (la capitale de la Cochinchine de 1859 à 1954), la ville la plu speuplée du Viêt Nam devant la capitale Hanoï, avec plus de 8 millions d’habitants.

Mais au fait, doit-on dire Saigon ou Hô-Chi-Minh-Ville (HCM)? La question se pose. La ville a été débaptisée le 2 Juillet 1976 par le régime communiste de Hanoi pour rendre un hommage posthume au père de la réunification. Ses habitants ont toujours utilisé le nom de Saïgon, et celui-ci apparait sur la plupart des enseignes (sociétés, hotels) ainsi que sur les bus « Saigon-Hanoi ». HCM est employé dans les publications officielles et sur les billets d’avion bien que le code de l’aéroport international soit resté SGN…

La ville est divisée en 12 arrondissements ou quartiers (Quân). Le 1er arrondissement constitue le centre de la ville, et nous nous y rendons pour déposer nos bagages à notre hôtel situé sur Duong Dong Khoi entre le théatre municipal et la rivière.
Dès notre arrivée, nous percevons une ambiance différente de l’atmosphère surannée de Hanoï. Hô-Chi-Minh-Ville, que tout le monde ou presque appelle Saïgon semble saisie d’une frénésie économique, d’un bouillonnement et de changement à grande vitesse, sans doute pour oublier les années de blocus communiste de 1975 à 1991. Il faut dire que de part sa situation, 60% du commerce transite par Saïgon qui est devenu le 1er port pour toute la région Vietnam-Cambodge-Laos.

Nous commençons notre visite par la poste centrale, perle de l’architecture coloniale française, construite en 1886 et dont la charpente métallique est l’œuvre de Gustave Eiffel.
Face à la poste et à l’extrémité de la rue Dong Khoi, la cathédrale Notre-Dame, avec ses deux clochers et flèches de 40 mètres de haut et sa façade en pierre et briques de Toulouse, nous ramènerait presque en France.
Nous traversons ensuite une partie de la ville pour nous rendre à Cholon, un immense faubourg à part habité par des Vietnamiens d’origine chinoise appelés Hoa, quartier caractérisé par son intense activité commerciale. Nous y visitons le marché Binh Tây, un endroit grouillant et populaire plein d’odeurs et de couleurs, très authentique car peu fréquenté par les touristes.
[kml_flashembed movie= »http://millesabords.net/portfolio/diaporama-caption-auto.swf » height= »550″ width= »740″ fvars= »xmlfile=http://millesabords.net/portfolio/vietnam2005/album008.xml » quality= »best » bgcolor= »#000000″]

Toujours à Cholon, le temple de Thien Hâu (temple de la dame céleste) est dédié à la déesse protectrice des navigateurs. Nous y retrouvons de nombreuses spirales d’encens suspendues qui se consument lentement. Ce temple est caractérisé par des fresques de personnages en céramiques. Au milieu du patio, un feu couve dans un âtre métallique.
Après avoir visité une fabrique d’objets et de meubles en bois laqué, nous retraversons à nouveau la ville pour nous rendre à la pagode de l’empereur de Jade, située au nord-est du 1er arrondissement. Construite en 1909 par des chinois originaires de Canton, l’intérieur est très particulier avec des grandes statues de papier mâché.
Nous terminons notre journée de visite par une ballade à pied dans le centre en passant par le théâtre municipal (1900), l’hôtel de ville(1908) et l’avenue Nguyen Huê, les Champs-Elysées de Saïgon.

You may also like...

Laisser un commentaire